Choisir un arbre pour sa cour

Photo de Kaboompics .com sur Pexels.com

Choisir un arbre pour sa cour n’est pas une mince décision, car cette grande plante jouera un rôle important sur le site où vous vous trouvez et, cela, pour de nombreuses années. Si la technique de plantation joue un rôle important pour la survie de votre arbre, le choix de l’essence qui se fait en amont est à mon sens encore plus fondamental. Un arbre planté au mauvais endroit, même si on lui apporte tous les soins nécessaires, ne pourra jamais s’épanouir et deviendra rapidement une source d’ennuis (structure déséquilibrée et dangereuse, carences, mortalité, vulnérabilité aux insectes et aux pathogènes).

Observez votre terrain

Photo de Creative Vix sur Pexels.com

Pour bien choisir votre espèce d’arbre, il vous faut observer le site en profondeur afin d’y identifier :

-Le type de sol (texture, structure et ph)

-Les dénivelés de votre terrain (pente où le sol s’assèche rapidement, creux où s’accumule l’eau)

-La proximité d’infrastructures, de bâtiments ou d’autres services (gaz, entrée d’eau, fils d’hydro-Québec et de cablo-distribution)

-La proximité d’autres arbres (à la fois pour la biodiversité et pour évaluer l’espace libre)

-L’ensoleillement de l’emplacement: combien d’heures de soleil votre arbre bénéficiera-t-il?

-La présence de vents dominants

Déterminez ce que vous voulez

Photo de PhotoMIX Company sur Pexels.com

Posez-vous ensuite les questions suivantes afin de préciser ce que vous aimez : est-ce que je souhaite avoir un arbre…

…avec des fleurs? Si oui, quelles couleurs, formes…etc.?

…avec des éléments comestibles? Fruits? Feuilles et fleurs pour tisane? Noix?

…qui attire les oiseaux?

…qui crée beaucoup d’ombre? Peu d’ombre?

…au feuillage composé? Palmé? Découpé? Vert foncé? Vert pâle? Pourpre? Persistant (conifère)? Caduque (feuillu)?

…au port évasé, conique, arbustif (etc.)?

…qui remplit des fonctions esthétiques? D’ombrage? De brise-vent? D’écran pour la vue? De diminution des bruits ambiants?

…aux couleurs automnales plutôt jaunes, orangers ou rouges?

….avec une écorce particulière? Sillonnée? Pâle? Foncée?

Je vous suggère fortement de prendre une marche dans votre quartier ou de regarder des arbres sur le web afin de mieux savoir ce qui vous plaît.

Lisez sur les caractéristiques des espèces

Photo de Oleg Magni sur Pexels.com

Ensuite, en fonction des données recueillies, portez une attention particulière aux caractéristiques des espèces qui vous plaisent (voir les références ci-bas où vous trouverez ces informations)  :

-Les besoins en eau et en lumière

-Le système racinaire (profond, superficiel, traçant)

-Le type de sol dans lequel il pousse

-La largeur de la couronne à maturité

-La résistance aux maladies et aux pathogènes

-La résistance au sel de déglaçage et à la pollution

-La présence de fleurs et de fruits

-L’aspect esthétique au fil des quatre saisons

-La zone de rusticité afin de voir si elle correspond bien à l’endroit où vous vous trouvez

Inspectez minutieusement l’arbre en pépinière

Photo de Matthias Cooper sur Pexels.com

Lorsque vous avez choisi l’espèce qui vous convient et que vous vous rendez à la pépinère, observez bien les aspects suivants :

-Idéalement, exigez de voir le système racinaire pour vous assurer que les racines ne sont pas endommagées et que leur couleur ne révèle par la présence de maladie fongique. Un problème récurrent des arbres en pot est la spiralisation des racines, celle-ci tend à se poursuivre une fois que l’arbre est planté dans le sol occasionnant un étranglement au niveau du collet de l’arbre, surtout si le sol est compacté.

Inspectez le tronc, les branches et les rameaux pour y déceler la présence de blessures. Les blessures sont des portes d’entrée pour les insectes et les maladies.

Examinez l’arbre afin de repérer des feuilles mortes ou absentes. S’il est encore tôt au printemps, observer pour voir si les bourgeons sont présents sur chacun des rameaux.

Observez la structure de l’arbre. Sachez que la hauteur des branches ne changera pas, un arbre acquiert de la hauteur à partir de son méristème apical et non du bas de son tronc. Il faut s’assurer que son défilement est bon, c’est-à-dire que la répartition des branches sur le tronc soit équilibrée.

Inspecter les feuilles pour y déceler la présence d’un insecte ou d’une maladie ou encore d’un manque d’eau prolongé.

Quelques références pour vous aider à choisir l’espèce:

Photo de Pixabay sur Pexels.com

La ressource en ligne « arbres du Canada » de Arbres Canada dont les fiches fournissent les informations essentielles.

Le livre Arbres du Canada qui permet de prendre conscience dans quel milieu s’épanouissent naturellement nos arbres indigènes ou naturalisés.

Le répertoire des arbres et arbustes ornementaux du Québec qui, en plus fournir les informations de base sur les espèces, offrent des données sur la tolérance aux conditions spécifiquement urbaines.

L’outil en ligne choisir le bon arbre ou le bon arbuste d’Hydro-Québec permet de faire une recherche à partir de certaines caractéristiques.

Le Guide Arbres, arbustes et conifères pour le Québec de l’horticulteur Bertrand Dumont est très complet et tient compte des fonctions écologiques des végétaux.

Le livre Arbres et arbustes fruitiers pour le Québec de Marianne Baril et Nicolas Auger est excellent si ce sont les fruitiers vous intéressent!

Besoin de conseils ou d’accompagnement?

Modélisation à partir d’une photo

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter pour prendre un rendez-vous pour le service-conseil, il me fera plaisir de vous aider à faire le choix d’arbre qui convient le mieux à vos goûts, à vos désirs, à votre emplacement et, cela, avec une approche écologique. En une visite de site, je saurai quoi vous conseiller! Je peux aussi vous fournir des modélisations à partir de photos de votre terrain afin que vous puissiez mieux imaginer l’aspect de l’arbre choisi en relation avec les différents éléments environnants.

Bonne recherche!

Publié par Paule Mackrous

Après un parcours universitaire en histoire de l’art (BAC, Maitrise) et en sémiologie (Phd), j’ai fait un petit virage en horticulture (DEP, ASP) et en foresterie urbaine (arboricultrice certifiée ISA et études de deuxième cycle en agroforesterie), un domaine dans lequel j’œuvre avec beaucoup d’enthousiasme aujourd’hui! Je poursuis mon travail d’historienne de l’art et de sémioticienne par l’écriture et la recherche, surtout durant la saison hivernale, lorsque la lumière s’amenuise, que le sol gèle et que les plantes dorment. Sur mon blogue, je publie des textes de réflexion sur l’art, la nature et la foresterie selon les lectures du moment, les lieux visités, les œuvres rencontrées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :